Colette Langlade, Députée de la 3ème circoncription de la Dordogne, Didier Bazinet, suppléant.
Colette Langlade 2012

Colette Langlade, Députée de la 3ème circonscription de la Dordogne, Didier Bazinet, suppléant.

Colette Langlade

Un budget de la Culture en nette augmentation





J’ai assisté au cours de la semaine précédente à la présentation en conférence de presse du budget pour l’année 2017 du ministère de la Culture, par la ministre Audrey AZOULAY.
Il s’agit d’un budget marqué par un niveau de ressources jamais atteint et qui augmente de 5,5% par rapport à l’année 2016. Un budget qui traduit la volonté du Gouvernement de continuer à faire vivre la culture sur l’ensemble des territoires.
 
Un budget en hausse pour une politique culturelle ambitieuse
 
Le budget de la culture, en forte hausse pour l’année 2017, atteindra désormais 1,1% du budget total de l’Etat, soit 3 milliards 612 millions d’euros. Le budget d’ensemble du ministère, incluant la Culture et la Communication atteindra au total 10 milliards.
 
Il s’agit d’une preuve supplémentaire de l’ambition du Gouvernement de faire plus que jamais rayonner la Culture en ces temps troublés sur l’ensemble du territoire. Cette augmentation financera ainsi des festivals, des investissements et de nouveaux équipements favorisant la création culturelle. La culture doit ainsi être un refuge face aux tensions et un moyen de favoriser l’unité de la société française, éprouvée par le terrorisme et les divisions identitaires.
 
Il s’agit aussi d’une reconnaissance légitime pour un secteur économique dynamique. La culture contribue ainsi 7 fois plus au PIB que l’industrie automobile, selon un rapport gouvernemental, notamment grâce à son apport dans le rayonnement international de la France.
Il s’agit donc également d’un investissement supplémentaire pour dynamiser notre économie et favoriser le retour de la croissance.

Une nouvelle avancée pour les professions du spectacle
 
Ce budget en hausse doit aussi permettre la création d’un fonds national pour l’emploi pérenne dans le spectacle (FONPEPS), qui fait suite à l’inscription, dans la loi relatif à la modernisation du dialogue social promulguée en août 2015, d’un régime spécifique d’indemnisation du chômage pour les intermittents du spectacle.
Jusqu’alors, ce régime n’était inscrit qu’au sein des annexes 8 et 10 de l’Assurance chômage, ce qui laissait planer une suppression pure et simple de ce régime à chaque ronde de négociation. Désormais, il s’agit d’un droit reconnu dans le code du travail et amené à perdurer.
 
La création du FONPEPS permettra de prolonge cet effort du Gouvernement pour les professions du spectacle en favorisant la pérennité des emplois à travers un prolongement des contrats à durée déterminée et une plus grosse part des contrats à durée indéterminée dans le secteur culturel.
Ce fonds sera donc doté de 90 millions d’euros afin de faire vivre ces objectifs au sein de toutes les entreprises du spectacle vivant et enregistré.
 
Concrètement, ce fonds permettra aux entreprises du secteur de bénéficier d’une aide de 1 000€ par trimestre pendant deux ans sur l’embauche d’un premier salarié en CDI, d’une aide progressive pour l’embauche de salariés en CDD en fonction de la durée du contrat, ou encore d’une aide allant jusqu’à 50% des frais de garde d’enfants pour les salariés du secteur.
Vous pourrez retrouver à cette adresse l’ensemble des 9 mesures de ce fonds.
 
Responsable pour mon groupe pour la mission « Livre et industries culturelles ».
 
Dans le cadre de mon activité de parlementaire, j’ai été nommée par mon groupe politique Responsable pour les crédits budgétaires « Culture : Livre et industries culturelles ».
Je serai donc amenée dans les prochaines semaines à débattre à l’Assemblée nationale des priorités accordées à cette mission budgétaire et je ne manquerai pas de présenter par un prochain article les conséquences concrètes de cette augmentation en matière de création de bibliothèques, d’accès de chacun à la lecture et ainsi de réduction des situations d’illettrisme en France.
Un objectif qui me tient particulièrement à cœur depuis mon élection comme députée.